Androkia

Superficie : env. 335 000 km².
Population : 500 000 humains; 2.000 aranea
Langues : Androkien (proche du Varellyen)
Monnaie : La monnaie utilisée est constituée d’anciennes pièces de Varellyan retrouvées dans des ruines, et dénommées po, pa et pc.
Type de gouvernement : théocratie (un Conseil des clercs règne)
Ressources : Agriculture (céréales principalement), pêche, élevage (bovins principalement), exploitation minière
Personnalités importantes : aucune connue

Description :
Parmi les quatre nations cestiennes, Androkia est unique en ce sens que ses habitants sont de souche Varellyene, étant de la peau claire et avec des cheveux noirs.

La plupart des Androkiens tirent leurs ressources de  l’agriculture et de l’élevage, et ceux qui vivent le long des côtes gagnent leur vie grâce aux mers généreuses. Les sols sont fertiles, et il y a une abondance de vie animale, permettant aux Androkiens de vivre assez bien. Une grande potion de la chaîne androkienne, les montagnes du sud de Cestia, se trouve à l’intérieur des frontières de cette nation, riche en gisements d’or.

Androkia est également unique parmi les quatre nations en ce sens que ce n’est pas un royaume, mais une théocratie. Un groupe d’élite de clercs puissants règne sur cette nation, et ils se prononcent quotidiennement sur ce que la population doit penser et faire. Bien que peu de gens suivent activement les décisions des clercs, des siècles  à être gouvernés par eux ont laissé leur marque sur le peuple. Beaucoup d’Androkiens sont très xénophobes et attaquerront immédiatement un Cestien d’origine océanienne.

En conséquence, Androkia est en guerre avec toutes les autres nations de l’île. Les clercs sont dévoués à ressusciter l’Empire Varellyen, qu’ils croient être le summum de la civilisation, bien qu’il ne soit pas centré sur le culte des Immortels qu’ils vénèrent aujourd’hui. En fait, peu de connaissance sur Varellya a été conservée à Androkia, laissant aux gens un mélange de mythes et de propagande comme base de leur nationalité.

Les Immortels adoré officiellement à Androkia sont Akka-Maa (Atzanteotl) et Thamarassa (Akhor-Kh’a), bien que de nombreux villageois vénèrent en privé Tamarepna (Ordana) et Vaati (Vanya).

 

Villes principales du royaume d’Androkia :

Mogador (pop 11 200) :
Fondée en 1500 BC, Mogador est le site du plus ancien établissement d’Androkia sur Cestia.

Comme Androkia est devenu une ville puissante, ainsi qu’une capitale provinciale, les dirigeants locaux ont progressivement commencé à se considérer comme les égaux de leurs maîtres de Varellya. Cette fierté et cette rivalité avec le continent ont également contribuées à la guerre civile et aux politiques génocidaires contre la communauté Oltec qui ont été conduites par les dirigeants d’Androkia. Le rôle de la ville en tant que carrefour du commerce et de l’histoire s’est terminé par le fameux sac d’Androkia en  207AC, qui a rasé la ville jusqu’à ses fondations. En 321 AC, les habitants survivants d’origine Varellyenne ont décidé de reformer leur propre nation une fois de plus, sous la direction de hauts clercs des diverses religions pratiquées à cette époque.

Androkia, en tant qu’ancienne capitale de la province, serait la capitale de ces terres mais elle s’appellerait « Mogador » – un moyen de couper les liens avec un passé qui était considéré comme décadent. Aujourd’hui, Mogador se développe lentement en tant que ville capitale et portuaire, mais par rapport à sa gloire antique, ce n’est que l’ombre de son ancienne splendeur.

Kart-Hadasht (pop. 8 300) :
A son apogée, vers 100 BC, Kart-Hadasht était une grande ville portuaire, abritant plus de 100 000 personnes. C’était le point de sortie principal pour les personnes qui partaient pour le continent vers Varellyan, ainsi que la principale porte d’entrée vers Cestia. Cet âge d’or a pris fin en 208 AC, lorsque la ville est tombée sous la coupe d’une des factions ethniques de Varellyens qui luttaient pour contrôler le sud de Cestia, mettant fin à 400 ans d’histoire de Kart-Hadasht.

Ce n’est qu’en 373 AC que tout le monde est revenu à la ville pour s’y réinstaller, et même alors Kart-Hadasht ne s’est pas développé au-delà d’un village de pêcheurs côtiers jusqu’en 620 AC. Aujourd’hui, Kart-Hadasht est de nouveau un port en développement. Une grande partie de la vieille ville a été récupérée sur la nature sauvage, bien que de nombreuses banlieues anciennes et des villages satellites restent oubliés.

Il y a ici un marché local animé, où les voyageurs peuvent acheter de nombreux types de poissons fraîchement pêchés, ainsi que des légumes locaux. Kart-Hadasht est également l’endroit où les Androkiens les plus modérés peuvent être rencontrés, en raison de contacts limités avec diverses cultures sur le continent de Davan. En tant que tel, c’est ici que les opposants à la théocratie se regroupent, planifiant une stratégie pour prendre le contrôle de la nation.

Gades (pop 6.500) :
Ville minière et agricole depuis sa fondation en 400 BC, Gades a servi pendant de nombreuses années comme l’une des plus grandes villes étape sur la Grande Route, une route pavée qui s’étendait du nord au sud le long d’Androkia quand c’était une partie de l’Empire Varellyen.

Ce ne fut jamais une place importante lors de l’apogée de l’empire Varellyen, mais, pendant les guerres civiles qui ont eu lieu surl’île après l’indépendance d’Androkia, elle a servi de bastion au pouvoir Varellyen face aux nombreuses forces d’Oltec. Au moins cinq fois, elle a été assiégée sans succès et, par conséquent, elle est parmi les quelques villes qui n’ont pas nécessité une reconstruction importante.

Aujourd’hui, c’est une fois de plus une ville de mineurs et d’agriculteurs, fournissant les coffres d’Androkia avec de l’or et de l’argent. Les gens de Gades sont très xénophobes, refusant de traiter avec quelqu’un qui n’est pas de souche Varellyenne.

 

Sources et remerciements :

Vault of Pandius – Geoff Gander – Cestia

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *