Morovoay

Superficie : env. 325 000 km².
Population : 250 000 humains et 5 000 hommes lézards
Langues : Cestien (dialecte Morovoayen)
Monnaie : Aucune, le troc est la méthode de commerce
Type de gouvernement : monarchie (les chefs tribaux ont une grande autonomie)
Ressources : agriculture (fruits et légumes tropicaux), pêche, chasse (principalement sangliers, mais aussi crocodiles, alligators et cerfs)
Personnalités importantes : Le roi Korbaka (humain), La reine Umay (humaine)

Description: Morovoay est une nation en bande, s’étendant le long de la côte nord-ouest de Cestia. Une grande partie de son territoire est occupé par les jungles qui couvrent une grande partie de l’île, mais dans l’ensemble, son terrain est assez plat près des côtes, puis devient rapidement vallonné.

Des centaines de petites rivières traversent la nation, fournissant à Morovoay des sols bien irrigués. Les sols sont si productifs que la plupart des agriculteurs obtiennent deux, voire trois récoltes, chaque année.

Les principales ressources de Morovoay sont l’agriculture, la pêche et la chasse. C’est donc essentiellement une société d’agriculteurs et de chasseurs. Elle n’a aucun réel désir de traiter avec les autres nations. La plupart des gens vivent dans un confort relatif, jamais loin des jungles qui les nourrissent.

En tant que nation neutre, Morovoay n’est en guerre qu’avec les nations qui l’ont attaqué. Par conséquent, elle est en guerre avec Ambiroa, avec qui elle a de nombreux conflits territoriaux, et Androkia.

Les habitants de cette nation sont d’origine océanienne (Oltec) et ont une peau cuivrée et des cheveux noirs. Les principaux Immortels de Morovoay sont Vaati (Vanya), Isonara (Ixion) et Tamarepna (Ordana).
Villes :

Matirako (pop 2 200) :
Cette grande ville portuaire est le principal centre commercial du sud de Morovoay, ainsi que la principale destination des commerçants de Manakaran.

La ville a été fondée autour de 690 AC, mais récemment elle est devenue importante, en raison de l’augmentation du commerce entre Morovoay et son voisin du sud. Ses magasins sont connus dans le nord-ouest de Cestia comme des endroits où les biens les plus précieux et les plus rares peuvent être trouvés.

En raison de son importance, Matirako abrite une grande partie de la marine de Morovoayan et, par conséquent, les installations d’accueil sont beaucoup plus importantes que sa population ne le justifirait.
Tolaira (pop. 3 800) :
Ville portuaire de taille moyenne, Tolaira abrite une grande partie de la marine de Morovoayan. Contrairement à Matirako, que beaucoup considèrent comme sa ville jumelle, Tolaira n’est pas très commerçante et a peu de  richesses.

Depuis sa fondation autour de 650 AC, Tolaira a été la frontière avec Ambiroa et la première colonie de Morovoayan à sentir la colère du royaume chaque fois qu’un conflit éclate. Il y a un comportement spécifique parmi ses habitants, comme s’ils savaient que le prochain raid ambiroin arrivera avant longtemps, et une fois de plus, ils devront se battre pour leur vie ou fuir. Cette ville est sur la route d’invasion traditionnelle d’Ambiroa, et il a été brièvement régi par ce royaume pendant un temps (910 à 922 AC), et les gens se souviennent de la brutalité de l’occupation Ambiroan.

La plupart des gens vivent ici de la pêche, de l’agriculture ou de la production de textiles.

Amanara (pop 1.700):
Cette ville de taille moyenne est un centre régional dans le commerce intérieur de Morovoay.

La colonie moderne a été fondée autour de  860 AC par des agriculteurs et des pêcheurs, qui avaient quitté leurs villages d’origine, mais elle est construite au sommet des fondations de l’ancienne colonie Varellyenne d’ Astarr. Astarr était une grande ville portuaire, avec plus de 50 000 personnes vivant dans ses murs. Les navires chargés d’épices rares et d’autres produits provenant de royaumes étrangers y arrivaient régulièrement ce qui ajoutait à la richesse, déjà importante, de cette ville.

Ces jours se sont terminés lorsqu’Astarr a été détruit 217AC, pendant la guerre civile qui a effacé quasiment toute la culture de cette île. Aujourd’hui, les habitants Oltèques d’Amanara vivent là, ignorant ce qui se situait sous les fondations de leurs bâtiments.

Les visiteurs trouveront peu d’intérêt ici, à moins qu’ils ne souhaitent échanger sur le marché local, où ils peuvent obtenir des aliments locaux et du poisson frais, ainsi que des œuvres d’art simples et d’autres objets d’artisanat.

 

Sources et remerciements :

Vault of Pandius – Geoff Gander – Cestia

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *