La tribu de l’Ours de l’Altan Tepes

La tribu de l’Ours de l’Altan Tepes

 

Au nord-Est du royaume de Karameikos, dans la chaîne montagneuse de l’Altan Tepes vit une des rares tribus de barbares du royaume.

La classe de barbare n’existe normalement pas en D&D BECMI mais il y a une exception qui est liée à l’histoire de ce groupe humain qui a choisi de revenir à une vie non-civilisé.

Cette présentation du contexte de la tribu a pour but de donner du fond à un personnage de barbare ou à une rencontre avec cette tribu, en allant plus loin que les stéréotypes issus du personnage de Conan le barbare…

 

Situation géographique :

La vallée où vit la tribu de l’Ours est situé au nord-est du Royaume de Karameikos, dans les monts de l’Altan Tepes.

Elle est localisée dans une vallée perpendiculaire à la passe de Yebedeska, à une vingtaine de km au Nord Est du lac Ludas. Cette vallée est composée d’une bande étroite de collines sèches à l’ouest et de collines boisées à l’est. Le territoire contrôlé par la tribu s’étend sur 2 hexagones de collines et sèches et 3 de collines boisées (1 hex = 4,3 Km).

Le climat, même s’il n’atteint pas les rigueurs des hauts sommets ou des glaciers de l’Altan Tepes, est très froid en hiver avec des neiges abondantes et chaud et sec en été.

C’est pourquoi la tribu est semi nomade : à la saison chaude, son camp principal est situé dans les collines sèches tout à l’ouest de leur territoire. A la saison froide, la tribu va s’installer à l’abri des forêts à l’est. Cette migration annuelle permet également de suivre les hardes de gibier qui ont la même logique. La tribu peut se déplacer à d’autres moments, en fonction des besoins.

 

Composition de la tribu :

La tribu compte environ une centaine de membres divisée en 9 clans familiaux.

Elle est composée d’environ 40 combattants(tes), d’une vingtaine de femmes, d’une trentaine d’enfants et de quelques vieillards. Dans les guerriers, on trouve :

  • Kron, le chef, guerrier de niveau 13,
  • Yanodek, un shaman, de niveau 11,
  • Arek, un barde, de niveau 10,
  • Windéla, une druidesse de niveau 9,
  • 6 combattants de niveau 5 à 9
  • 12 combattants de niveau 2 à 4
  • une petite vingtaine de combattants de niveau 1

 

Ressources :

La tribu de l’Ours ne cultive aucune plante. Elle vit essentiellement de chasse et de cueillettes. Elle possède des chèvres et quelques volailles dont s’occupent les enfants et les vieux.

La chasse est le domaine des hommes. Elle est leur principale activité. Chaque jour où le temps le permet, les chasseurs partent par groupes de 4 à 10 pour couvrir les différents secteurs de chasse. Le groupe qui ramène la plus grosse prise est fêté par la tribu ainsi que le chasseur qui a donné le coup fatal.

D’ailleurs, le premier des rites de passage à l’age adulte pour les adolescents, consiste à chasser et à ramener seul une proie suffisante pour nourrir son clan familial.

La cueillette est le domaine des femmes. Par petits groupes de clan familiaux, elles parcourent l’environnement proche du camp à la recherche de racines, de baies, de plantes comestibles. Elles sont parfois accompagnées de la druidesse qui recherche des plantes médicinales. Elles s’occupent également de la cuisine et du tannage des peaux.

 

Origines :

Les barbares de l’ours n’ont aucun archive écrite. Par contre, la tradition orale est très forte et tient une grande place dans la vie sociale ordinaire ou lors des célébrations. Même si les générations de conteurs ont graduellement modifié les histoires, le fond reste et les barbares se souviennent de beaucoup de faits anciens qui ont trait à leur histoire, parfois avec plus de précision que les peuples qui ne jurent que par l’écrit.

Le barde est le gardien de cette tradition orale. Il a suivi une longue initiation pour pouvoir maîtriser les différents mythes, légendes et épopées accumulées par la tribu depuis des siècles. Il sait également choisir et adapter dans ce fond, pour trouver l’histoire ou le chant adapté au besoin immédiat de la tribu.

Le shaman maîtrise également certains aspects de l’histoire de la tribu mais il prend rarement la parole sauf lors de cérémonies mystiques ou d’événements extraordinaires.

Lors des veillées, le barde raconte souvent l’histoire des origines de la tribu de l’ours :

« Il y a bien longtemps, nos ancêtres faisaient partie de l’antique peuple des Traldars qui vivait dans des contrées très boisées  plus au sud. Ils formaient une caste de guerriers puissants au service des maîtres des Traldars. Ils jouissaient d’une position importante due à leur science du combat car les maîtres étaient plutôt adeptes du pacifisme…(en général, des sifflets retentissent dans l’auditoire à ce moment du récit…).

Un jour, des hordes d’hommes bêtes déferlèrent par l’ouest et, devant leur furie implacable, les Traldars choisirent de s’enfermer derrière de hauts murs et dans des villages fermés. Cette vie ne convenait pas à nos ancêtres tant ils étaient épris de liberté et de vie au grand air.

Ils choisirent donc de migrer vers les montagnes de l’Altan Tepes où ils purent vivre à leur guise dans ces étendues sauvages. Il fallut combattre de nombreuses créatures dont de puissants géants du givre mais nos pères étaient de fantastiques combattants et ils purent revendiquer comme leur ce territoire où nous vivons aujourd’hui. »

Le shaman, la druidesse ou le chef de la tribu en savent sans doute plus mais réservent leurs connaissances aux initiés.

 

Totem et reliques de la tribu :

Comme son nom l’indique la tribu vénère l’ours des montagnes qu’elle a choisi comme totem. Une sculpture sacrée en bois accompagne toujours la tribu et c’est la première chose qu’ils installent quand ils arrivent dans un nouveau camp. Les membres de la tribu essayent au maximum de s’inspirer des vertus et caractéristiques de l’ours dans leurs actes quotidiens ou lors des combats.

La tribu possède d’autres objets qui lui sont sacrés. Ils sont sous la garde du Shaman de la tribu qui en parle extrêmement rarement.

 

Divinités :

La tribu ne rend pas de culte formel aux immortels. Il n’y a donc pas de prêtres véritables. Le Shaman communique avec les esprits des ancêtres, du grand ours et de la nature. Il subvient aux besoins spirituels de la communauté et évoque les différents esprits pour venir aider les membres en cas de besoin.  Chaque clan familial a un esprit protecteur, souvent un glorieux ancêtre, auquel il rend un culte régulier.

Des cérémonies ont lieu aux différents solstices et équinoxes. On évoque les esprits de la nature, des éléments et surtout des animaux pour que la chasse soit bonne. Elles sont également l’occasion d’accueillir de nouveaux chasseurs dans le groupe des adultes.

La druidesse rend un culte aux divinités de la nature sans en privilégier une en particulier.

Certains membres de la tribu qui ont un peu voyagé, rendent grâces, en secret, à certains immortels dont Balador, Diulanna, Thor, Bemarris, Djaea, Ninfangle, etc

 

Rapport à la magie :

Comme tous les barbares, les membres de la tribu de l’ours se méfient de la magie profane qui ne leur paraît pas naturelle. Les magiciens de passage ne sont les bienvenus que s’ils n’utilisent en aucun cas leur magie durant le séjour.

Les barbares hésitent même à porter des objets magiques sur eux et ils ne le feront jamais si le shaman n’a pas donné son assentiment. Il est peu probable qu’un membre de la tribu porte sur lui plus de 10 objets magiques.

Les seuls actes faisant appel à des pouvoirs sont liés aux esprits des ancêtres, à l’esprit du grand ours totem ou aux pouvoir de la nature.

 

Ennemis :

La tribu n’a pas d’ennemis jurés. Par contre, ses membres attaqueront immédiatement tous ceux qui chassent, qui apprivoisent ou qui tuent des ours.

Néanmoins, la tribu a de nombreux ennemis tant les créatures malfaisantes pullulent dans l’Altan Tepes.

En premier, les géants du givre, solitaires ou en bandes, sont leurs adversaires les plus acharnés de la tribu. Les barbares évitent de s’aventurer près des repaires des géants mais, parfois, ceux ci font des raids et empruntent la vallée de la tribu de l’ours.

Les géants du givre sont souvent accompagnés de Yétis ou de loups des glaces qui combattent à leurs cotés. Les combats sont toujours féroces et les géants solitaires ont appris à se méfier de ces humains belliqueux.

Certains anciens parlent de combats qui ont eu lieu dans le passé contre des dragons blancs qui semblent être les seigneurs des géants du givre. On évoque parfois le passage de dragons bleus mais la tribu de l’ours ne les a jamais combattus. Toujours est-il que les guetteurs ont toujours un œil braqué vers le ciel…

Les tribus de gobelins, d’Hobgobelins et d’orques pullulent dans l’Altan Tepes, en particulier dans le sud. Les cavernes du chaos sont réputées pour abriter nombre de ces tribus. Les barbares défendent farouchement leur vallée contre les raids répétés, surtout à la saison chaude, de ces créatures malfaisantes.

 

Références et remerciements :

MGAZ 1 « The central Altan Tepes » de Simone Neri

Gazetter 1 : le Grand duché de Karameikos, TSR 9193

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *