L’écureuil roux

Parmi les rongeurs, l’écureuil roux est sans doute un de ceux qui attirent le plus la sympathie des petits et des grands.

Il faut dire qu’avec sa queue en panache, sa silhouette gracieuse et son agilité, il nous donne l’impression d’un animal familier, auquel personne ne peut vouloir du mal.

Et pourtant, cette espèce rencontre nombre de difficultés pour survivre dans nos contrées.

Mais, commençons par l’examiner de plus près.

IMG_2617A (Medium)

L’Écureuil roux (Sciurus vulgaris) est donc un rongeur de la famille des Sciuridés et du genre Sciurus, nom provenant du grec ancien « skíouros » signifiant « dont la queue fait de l’ombre ».

Strictement forestier et arboricole, l’Écureuil roux est le plus gros des rongeurs de ce type de milieux. C’est d’ailleurs le seul écureuil autochtone présent en France.

Le pelage de l’Écureuil roux est variable selon les individus. Si une grande proportion d’individus présente un pelage roux, de nombreuses autres couleurs sont observées, allant du gris, au marron foncé, voire au noir.

Les individus foncés sont rencontrés plus fréquemment en montagne, dans les Alpes ou les Pyrénées. C’est d’ailleurs le cas de celui présenté ici et qui a été photographié dans le Vercors, à 1000 m d’altitude.

Son ventre est toujours blanc. Ses oreilles portent un pinceau de poils bien visible et caractéristique. Ces « toupets » deviennent encore plus importants en hiver.

IMG_2609A (Medium)

On peut l’observer toute l’année dès le lever du jour mais il cesse son activité dés la tombée de la nuit.

Il est présent dans les boisements composés de feuillus, mélèze, pins, sapins mais également dans le bocage, les parcs et jardins.

Il fréquente essentiellement la frondaison des arbres mais peut être également observé au sol, en  recherche de nourriture.

Ses membres postérieurs bien développés, lui permettent de faire des bonds importants de branche en branche.

Son pied postérieur est constitué de 5 doigts, contrairement à ses mains qui n’en comptent que 4. Tous sont munis de griffes acérées lui permettant de grimper facilement aux arbres, aussi bien en montant qu’en descendant y compris la tête la première….

IMG_2619A (Medium)

L’écureuil roux est omnivore et adapte son alimentation aux disponibilités en nourriture de son territoire.

Au printemps et en été, son régime est très diversifié : baies, fleurs, jeunes pousses d’arbres, fruits à pulpe (cerise par exemple), invertébrés (insectes, escargots), et occasionnellement œufs et oisillons (et oui…).

En automne, les fruits d’arbres tels que graines de conifères, faînes, châtaignes, glands, noisettes et noix sont enterrés au hasard de ses déplacements, mais de préférence rassemblés au pied des arbres, ou dans des cavités.

Il stocke également des champignons, séchés au préalable. Il redécouvre ses réserves au cours de l’hiver, lors de la recherche de nourriture.

IMG_2610A (Medium)

Contrairement à la croyance populaire, il ne niche pas forcément dans un trou d’arbre.

En effet, l’écureuil roux trouve refuge, et met bas, dans des nids qu’il construit généralement à la fourche d’une branche, ou dans la couronne d’un arbre, entre 5 et 15 m de hauteur, assez haut pour échapper aux mammifères prédateurs, mais pas trop haut, afin de ne pas être exposé aux vents violents.

Au cours des saisons, l’Écureuil roux fréquente plusieurs nids en parallèle, afin de tromper les prédateurs. Il arrive également qu’il s’installe dans des cavités d’arbres (ancien nid de pics par exemple) pour s’abriter, voire également pour mettre bas.

D’où l’image d’animal vivant dans une cavité…

Il n’hiberne pas mais restera volontiers blotti dans son nid par grand froid.

IMG_2623A (Medium)

En forêt de chênes et de charmes, l’Écureuil installe fréquemment son nid sur un charme situé à proximité d’un Chêne.

L’accès au nid se fera par le tronc du chêne (écorce bien adhérente), puis par les branches latérales, et se termine par un bond lui permettant d’accéder aux branches du charme.

En effet, l’écorce lisse du charme interdit l’accès direct au nid par le tronc et protège ainsi l’écureuil des prédateurs notamment la martreCelle-ci, d’un poids environ 5 fois supérieur, ne parvient pas à emprunter le même itinéraire que lui…

IMG_2598A (Medium)

Mais alors me direz vous, qu’est ce qui peut bien menacer l’écureuil ?

D’après les études scientifiques, les prédateurs naturels ne prélèvent qu’une infime partie des populations d’écureuils roux, et ils ne sont en rien responsables d’une diminution des effectifs de ce rongeur forestier.

En France, ses principaux prédateurs sont la martre des pins, le chat sauvage, l’autour des palombes, la buse, le renard roux, le chien et surtout, le chat domestique.

En effet, la prédation par les chats domestiques n’est pas insignifiante, notamment lorsque l’Écureuil se rapproche des habitations pour se nourrir à partir des aliments distribués par les particuliers.

Malgré son statut « d’espèce protégée » depuis plus d’une trentaine d’années, ses densités demeurent faibles excepté dans les habitats les plus favorables, dans les jardins à proximité des habitations, et dans certains parcs urbains.

La fragmentation de ses milieux de vie, les collisions sur les routes, voire l’arrivée de compétiteurs comme l’écureuil gris originaire d’Amérique du nord, fragilisent ses populations.

Bref, malgré l’impression que l’on peut avoir qu’il a toujours été là et qu’il sera toujours présent dans nos arbres, c’est un animal qui doit de plus en plus lutter pour sa survie.

Donc, si vous le croisez au détour d’un bois, prenez le temps de l’admirer car rien ne dit que vous le reverrez de sitôt…

IMG_2614A (Medium)

 

Sources, liens et remerciements :

Le muséum national d’histoire naturelle et ses pages écureuils

Wikipedia

 

3 thoughts on “L’écureuil roux

  1. bonjour , tu nous ravis toujours avec tes photos et si tu peux je te cuisinerais un écureuil ou deux

  2. Mon cher Florent !
    Tu écris bien, et tu fais de belles photos en plus !
    Mais par contre, il n’y a aucune recette de cuisine de l’Écureuil Roux sur l’antre de Glacas, ni sur la Popote des Potes… Une fôte de goût ou un épouvantable oubli ?
    Bizzz !
    Philippe

    • L’écureuil farci aux noisettes ? L’écureuil chat sseur ?
      PS : et merci pour les compliments, Monseigneur est trop bon….

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :