Les Ménairons du Vercors

Il y a trois ans, j’avais commencé un reportage photo sur les Ménairons, les esprits des bois tel qu’on les désigne dans les montagnes de Cerdagne, dans les Pyrénées catalanes.

J’avais prévu d’y retourner l’automne suivant afin de terminer le travail. Hélas, de soucis familiaux en confinements, il m’a fallu renoncer. Durant le deuxième confinement, j’ai donc décidé de terminer ce petit reportage dans les forêts du nord Vercors, profitant au mieux du rayon d’un kilomètre qui nous était royalement octroyé …

Amis lecteur, si je vous dit qu’on peut y voir des farfadets, des sylphes, des lutins ou des ménairons, vous n’y croyez sans doute pas. Et pourtant, si vous acceptez de me suivre en regardant avec vos yeux d’enfant, alors vous les apercevrez sans doute au détour d’une souche…

Or donc, tout commence sur le plateau du Vercors, à 1 000 mètres d’altitude, au pied des montagnes de Lans en Vercors.

Là, comme souvent dans ce secteur, on y trouve une forêt bien rangée de conifères avec surtout des épicéas, des mélèzes et divers pins.

En levant les yeux, l’effet de cathédrale naturelle s’affirme.

Mais c’est en regardant au sol que vous aurez le plus de chances d’apercevoir un esprit de la forêt.

Arrivé à cet endroit, je vous propose un petit jeu :
vous fermez les yeux quelques secondes puis vous faites défiler les images en essayant de donner à chaque fois un nom à l’esprit des bois. Et si vous le voulez bien, je jouerai avec vous en vous proposant ce que je vois.

Vous êtes prêts ? C’est parti !

Un canard moussu ?

Un tapir barbu ?

Un chevreuil rêveur ?

Un zébu fatigué ?

Un bébé crocodile

Un éléphant ?

Un hippopotame crouteux ?

Un boia ?

Un cervidé mâchouillant une fleur ?

Un renard à l’affut ?

Un chien de prairie égaré ?

Un vieux loup décharné ?

Un vers de souche géant ?

Un canard chevelu ?

On peut aussi y croiser quelques Ménairons de la tribu des troncs moussus (cliquez pour voir la galerie).

Mais n’allez pas croire que ces bois sont toujours paisibles. On peut aussi y voir la nature sauvage en action et quelques créatures étranges et inquiétantes :

La bête des bois avec sa proie dans la gueule ?

Un combat de reptiles ?

Une murène verte à l’affut ?

Un basilic ?

Un piranha vert (les plus féroces…) ?

Un chevreuil menacé par une ombre ?

On peut aussi y croiser une trémentinaïre, ces herboristes itinérantes qui parcouraient les bois de Cerdagne et de la Serra del cadi et vendaient leurs plantes et remèdes aux habitants des vallées pyrénéennes.

Mais finalement, à force d’arpenter les bois et de les regarder avec vos yeux d’enfant, au détour d’une petite clairière, près des arbres couchés, vous allez croiser le plus vieux sage de tous les esprits de la forêt, le grand Ménairon,

Approchez-vous tout doucement…

Oui, il est bien là et il vous observe attentivement,

Vous vous arrêtez et vos regards se croisent, se mêlent, s’aimantent, se fondent…

Combien de temps a duré cet échange de regards ? Vous n’en avez aucune idée mais vous êtes sûr d’avoir plongé profondément dans une autre façon de ressentir la forêt, même bien rangée…

Vous fermez les yeux une seconde et quand vous les rouvrez, il a disparu….

Après cette rencontre, Il est temps de quitter ces bois mais non sans lever la tête et contempler la voute arborée et les grands mélèzes qui se préparent à l’hiver.

A peine sorti de ses frondaisons protectrices, vous vous retournez pour jeter un dernier regard vers ce p’tit carré de forêt

Et vous rentrez chez vous en songeant à tous les mémairons que vous avez croisé et à la prochaine fois où vous pourrez parcourir la p’tite forêt avec vos yeux d’enfant (et votre appareil photo….).

A bientôt, j’espère…..

Et pour ceux qui ont envie de se refaire la balade en express, un petit diaporama pour la route (avec pas mal de photos bonus…).

————————————-

Cet petite balade est dédicacée à la jeune herboriste des montagnes qui, un jour déjà lointain, me fit découvrir comment entrevoir les esprits de la forêt…. Moltes gracies !

4 thoughts on “Les Ménairons du Vercors

  1. C’est une belle promenade qui laisse vagabonder notre imaginaire.
    Pas d’elfes dans les bois du Vercors ?

  2. Enchanteur ! De mon côté, je cherche toujours les visages des vieux oliviers grecs, en vacances.

  3. Coucou Flo !

    Bon, c’est décidé, je vais le faire, ce scénario de Wûrm 2 avec les esprits de la forêt !
    yen a vraiment qui sont superbes. les visages de mousse sont vraiment bluffants.

    Avec Cindy, on a fait l’exercice de dire ce que nous voyions avant de regarder ta proposition, et c’est bien drôle comme jeu ^^.

    vivement qu’on puisse de nouveau arpenter la forêt comme bon nous semble…

    grosses bises,

    Cindy et Christophe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :