La nouvelle mangeoire

IMG_3214A (Large)

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas vraiment bricoleur et c’est un euphémisme…

Par contre, ça ne m’empêche pas d’avoir plein d’idées de choses à faire et en particulier des dispositifs pour pouvoir observer et photographier les oiseaux..

Or donc, il y a une huitaine de jours, ou plutôt de nuits, je n’arrivais pas à dormir. Mon cerveau tournait à plein régime pour concevoir une mangeoire qui optimiserait la prise de photos.

J’en voulais une qui soit déplaçable pour l’orienter en fonction de la course du soleil et pour changer le fond, largement ouverte afin que plusieurs oiseaux puissent s’y côtoyer sans se gêner et dotée d’un mât et de branches au dessus pour que les oiseaux puissent s’y poser avant de manger.

Après quelques jours de maturation, et grâce à l’aide de ma chérie qui, elle, adore bricoler (enfin pas avec moi mais elle a fait une exception et je l’en remercie…), voici la nouvelle mangeoire :

IMG_7959 (Large)  IMG_7951A (Large)

Oh, il n’y a rien de révolutionnaire ni d’innovant : c’est juste une grosse branche de frêne relativement droite d’environ deux mètres, avec deux branches à peu près perpendiculaires au tiers supérieur de la hauteur.

Elle est emmanchée dans un vieux support de parasol qui permet de la stabiliser et surtout de la déplacer…

A mi-hauteur, j’y ai fixé avec une équerre, un plateau constitué d’une vieille planche de 30X20 cm, sur laquelle j’ai cloué, sur les 4 bords, une double rangée superposée de rondins  du même frêne.

IMG_7960 (Large)

Et voilà le travail ! Il ne me restait plus qu’à aménager un affût sommaire à environ cinq mètres de la mangeoire.

J’ai juste pris quelques branches entrelacées pour couvrir jusqu’à hauteur de l’appareil photo sur pied et j’ai rajouté une bâche de camouflage au dessus pour faire un toit retombant sur le devant.

IMG_7945 (Large)

Il ne restait plus qu’à m’y installer au mieux et attendre pour voir si les oiseaux allaient s’habituer à ce nouveau système.

IMG_7961 (Large)

En termes de photographies, la lumière était très mauvaise et je savais qu’il aurait mieux valu attendre une journée ensoleillée et ne faire qu’observer… Mais c’est plus fort que moi et j’y installait mon boîtier, juste au cas où…

La première à venir voir ce drôle d’arbres fut, comme souvent, une mésange nonnette :

IMG_3443A (Large)

Elle fut très vite imitée par sa cousine la mésange bleue qui ne lui cède pas grand chose question curiosité :

IMG_3597A (Large)

Puis ce fut le tour de la mésange charbonnière de se poser sur les rebords :

IMG_3539A (Large)

Puis, la sittelle torchepot, une autre habituée de mes mangeoires, vint faire une rapide rotation :

IMG_3519A (Large)

Avant que le pinson du nord ne déploie ses grandes ailes pour faire une approche tout en douceur :

IMG_3135A (Large)

A partir de là, le champ des opérations fut investi et les gué-guerres reprirent de plus belle pour le contrôle de la mangeoire :

IMG_3555A (Large)

IMG_3129A (Large)

D’autant plus que d’autres belligérants vinrent se mêler à la lutte comme un premier verdier

IMG_3223A (Large)

Vite suivi par plusieurs de ses congénères, qui ne brillèrent pas par leur esprit de concorde…

IMG_3181B (Large)

IMG_3124A (Large)

Certains, un peu effrayés par ces disputes, choisirent de prendre un peu de hauteur et d’attendre sur la branche du dessus que ça se passe…

IMG_3373A (Large)

IMG_3353B (Large)

IMG_3366A (Large)

Je pus ainsi vérifier que mon hypothèse initiale était bonne : une branche bien dégagée en haut du mât de la mangeoire, permet de faire des portraits dans de très bonnes conditions et sans galérer à faire la mise au point dans un entrelacs de petites branches comme bien souvent…

Pendant ce temps, plus bas, la situation ne s’arrangeait guère…

IMG_3108A (Large)

Jusqu’à ce qu’arrive le caïd de mon jardin, j’ai nommé le grosbec casse-noyaux…

IMG_3610A (Large)

En temps normal, quand il est à la mangeoire, il y reste de longues minutes à grignoter et aucun autre oiseau ne peut s’approcher tant qu’il n’est pas rassasié… (voir reportage sur le grosbec);

Mais là, le plateau était suffisamment grand comme je l’avais pensé, pour qu’une cohabitation soit possible, en particulier avec le pinson du nord :

IMG_3617A (Large)

Ma deuxième hypothèse se vérifiait également et j’étais tout content du résultat quand, à ma grande surprise, un verdier s’invita sur le plateau :

IMG_3152A (Large)

Suivi d’un deuxième :

IMG_3162A (Large)

Et finalement, ce furent quatre verdiers qui cohabitèrent durant de longues minutes avec le grosbec et le pinson du nord….

IMG_3211A (Large)

IMG_3207A (Large)

IMG_3214A (Large)

J’étais aux anges par cette belle observation d’une cohabitation, presque harmonieuse, entre ces espèces qui d’habitude se frittent à mes autres mangeoires.

Tous ces éléments me confortent dans mon choix de cette mangeoire et ce n’est qu’un début car le soleil va bien finir par revenir et je pourrai alors, améliorer grandement la qualité des photos….

Mais, au final, ce fut une belle matinée pour une première; quand je pense que j’ai failli ne pas amener d’appareil photo….

Vivement demain pour d’autres observations…


Posted in Les mangeoires, Tous by with 8 comments.

Comments

Laisser un commentaire