Jaune sur blanc, tout fout l’camp !

IMG_4687A (Large)
Hier, au petit matin, la neige avait recouvert le Vercors d’un voile uniformément blanc.

Pour tous les oiseaux de mon jardin et particulièrement pour ceux qui se nourrissent d’insectes ou de larves, ce n’était assurément pas une bonne journée que ce 1er mai…

Il faut dire qu’en très peu de temps, c’est une bonne dizaine de centimètres qui avait recouvert mon jardin
IMG_0925 - IMG_0928 (Large)

Certains comme le chardonneret élégant qui passe ses hivers bien plus au sud, semblait se demander ce que pouvait bien être cette poudre blanche :

 « Euh, là j’suis pas d’accord ! A l’agence de voyage des migrateurs, ils m’avaient dit que le Vercors c’est tout vert en cette saison et qu’il n’y a qu’à se baisser pour trouver de la nourriture, j’ai l’impression que je me suis fait arnaquer… ».

IMG_4627A (Large) (2)
D’autres plus habitués au terrain semblaient blasés de la situation :  » Bah, de toutes façons ma bonne dame, dans le Vercors, l’hiver peut vous rattraper à n’importe quel moment de l’été. D’ailleurs, j’me souviens durant l’été 2013, etc…. ».
IMG_4666A (Large)
Même si d’autres autochtones pourtant habituées, comme cette mésange bleue, n’avaient pas l’air ravies non plus…
IMG_4744A (Large)
Et même la mésange à tête noire n’avait pas le cœur à pousser la chansonnette…
IMG_4004A (Large)

Le seul habitant du jardin content de la situation, c’était le photographe… En effet, une couche de neige fraîche dans les branches, c’est l’occasion de bien voir certains oiseaux.

Pour compenser un peu et aider mes petits voisins qui, n’ayant pas accès à météo France, ne savaient pas que cet épisode serait vraisemblablement passager, je décidai de réactiver la mangeoire plateau.

Et très vite, ce fut la ruée….

Chardonnerets élégants, moineaux domestiques, mésanges charbonnières et à tête noire se pressaient dans un consensus fragile mais réel.

 IMG_4680A (Large)

 Mais la star d’hier, bien malgré elle, ce fut le Verdier d’Europe dont le jaune (contrairement à ce que son nom indique, il n’est pas à dominante vert) tranche vraiment sur le blanc immaculé.

 Je l’aperçus tranquillement posé, observant la situation sur le front de la mangeoire.

 IMG_4474A (Large) IMG_4480A (Large)
Il semblait hésiter à se mêler aux débats comme au plus fort de l’hiver,
IMG_4486A (Large)
IMG_4493A (Large)
Mais, finalement, l’attrait des graines de tournesol bio fut le plus fort et, lentement, il se prépara à l’action :
IMG_4494A (Large)
IMG_4484A (Large)
IMG_4487A (Large)
Avant de décoller d’un coup d’aile ample,
IMG_4490A (Large)
IMG_4489A (Large)
Il se posa tout d’abord sur une des branches juste au dessus de la mangeoire, calculant le meilleur angle d’approche,
IMG_4716A (Large)
Puis, il plongea sur le rebord du plateau, faisant savoir à tous qu’il était le caïd !
IMG_4687A (Large)
Il vint se mêler aux débats, surprenant les occupants qui pensaient qu’il allait, lui aussi, partager équitablement la place.
IMG_4733A (Large)
Mais, il n’en était rien ! Notre verdier voulait l’exclusivité de la manne. Un moineau domestique essaya bien de lui résister en opposant sa queue en éventail contre les ailes brandies du nouvel arrivant,
IMG_4690A (Large)
Mais, il dut baisser pavillon et laisser la place devant tant de férocité.
IMG_4731A (Large)
Et là, alors que le verdier pensait que tout était joué et que le chardonneret, peu habitué aux joutes hivernales de la mangeoire, allait lui céder la place sans coup férir,
IMG_4683A (Large)
ce fut, au contraire celui-ci qui lui tint tête, semblant lui dire : «  Tu crois quand même pas que je me suis tapé la traversée de la méditerranée et de tout le sud de la France pour me laisser impressionner par un jaunard même pas vert.. Non, mais et l’hospitalité alors, qu’est ce que tu en fais ?

 Et puis des graines, il y en a bien assez pour tout le monde ici. Si on partageait équitablement sans se battre, on aurait tous à manger et on ne perdrait pas d’énergie dans de vaines querelles… ».

IMG_4684A (Large)
Surpris par cette résistance et cette réplique inattendue,  notre verdier préféra faire mine de balayer ces arguments d’une revers d’aile et se retira la tête haute,
IMG_4638B (Large)
Il alla méditer dans un endroit plus tranquille, sur cette bizarre notion de partage….
IMG_4705A (Large)

 « Décidément, semblait-il se dire, la neige de mai amène certains à de curieuses idées; nous, d’habitude en hiver, on se frite entre nous pour avoir le meilleur accès aux graines et c’est comme ça que les choses ont toujours marché, non ?

 C’est vrai, quoi, les traditions c’est important !  Si on changeait nos coutumes, tout foutrait le camp moi j’vous l’dit !

 Mais, à bien y réfléchir, sans que je sache comment, des nouvelles graines apparaissent toujours à la mangeoire quand on a fini… Alors peut être que cet olibrius du sud à raison et qu’on ferait mieux de partager sans perdre de l’énergie à se battre…

 Bon, en tout cas, à défaut de muguet, je vais me croquer une petite pousse pour m’aider à y penser, ce sera toujours ça de pris….

 IMG_4702A (Large)

  Et peut être que d’ici que j’aie fini d’y réfléchir, la neige aura cessé de tomber…. Ou pas…
IMG_4697A (Large)

 


Posted in Les mangeoires, Portrait de piaf, Tous by with 1 comment.

Comments

  • Anne dit :

    Magnifiques, vos photos, un régal.
    Pour le temps, moi qui trouve qu’il fait frisquet chez moi, 14° le matin, seulement 20° l’après-midi, j’arrête immédiatement. Par contre je ne vois plus si facilement les oiseaux qui sont partis vivre leurs vies d’oiseaux – ils n’ont plus besoin de mes graines.

Laisser un commentaire