Le salon de l’Insectomobile

Amis producteurs de nectar et autres miels, soyez les bienvenus au 1er salon de l’Insectomobile !

Vous qui cherchez un nouvel utilitaire pour optimiser vos transports et collectes sur le terrain, nous avons le véhicule adapté à vos besoins…

Chacun possède des options propres à s’adapter à vos fleurs productrices et à vos conditions. Mais je ne vous ferai pas plus de discours, suivez moi plutôt dans la visite de nos derniers modèles !

————-

Commençons par un modèle peu connu des amateurs, le  Rhingie champêtre ou Rhingia campestris pour les connaisseurs .

On reconnait facilement le Rhingia champêtre à son coffre arrière (ou abdomen) orange avec une ligne noire située le long des côtés et à sa longue calandre avant (ou rostre) caractéristique de la gamme (ou espèce) du genre Rhingia.

IMG_2340A (Medium)

Il mesure généralement de 7 à 11mm de long pour une envergure de 12 à 18 mm.

Les modèles mâles adultes utilisent du nectar comme carburant alors que les modèles femelles fonctionent au pollen.

Pour faire le plein, ils possèdent un accessoire fort pratique situé sous le rostre, à savoir une trompe qui est repliée au repos.

A noter qu’ils sont construits dans une chaîne de montage qui se situe dans la bouse de vache.

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’un modèle adapté au travail dans les haies et les bois clairsemés, où il fera merveille, à votre service, d’avril à novembre !

IMG_8753A (Medium)

Allons maintenant admirer un autre véhicule, le Syrphe. Ou plutôt, je devrais dire, les syrphes…En effet, la gamme comprend environ 500 modèles en France…

Et pour chaque modèle, vous avez bien sur l’option mâle et l’option femelle…Mais rassurez-vous, on on les distingue facilement en regardant les phares (ou yeux) qui sont accolés chez les mâles et séparés chez les femelles….

Nous avons cette année en démonstration, un syrphe des corolles (Eupeodes corollae)

IMG_8236A (Medium)

 

Vous pouvez l’associer en tandem avec un « Chrysotoxe à double ceinture » (Chrysotoxum bicinctum), pour maximiser votre récolte :

Insectes (2) (Medium)

Ils carburent bien sur au pollen des fleurs, mais certaines espèces peuvent également être alimentés de pucerons au stade larvaire.

Ils se déplacent à très grande vitesse et peuvent effectuer des changements de direction très rapides. Ils sont également capables d’effectuer de long sur-places pour faire le plein. C’est en contrôlant le pas de l’hélice que forme chaque aile que les syrphes arrivent à ces différents types de vols.

Il ne faut pas le confondre avec un modèle assez proche, le Syrphe du groseillier ou Syrphus ribesii.

Le Syrphus ribesii est une modèle de syrphe très présent sur tout le marché européen. Comme la plupart des syrphes il se déplace de fleur en fleur et pratique le vol stationnaire.

IMG_8747A (Medium)

Venons en maintenant à l’utilitaire à tout faire de la gamme des Syrphe, l’éristale gluant ou éristale tenace (Eristalis tenax),

IMG_8240A (Medium)

Il a un capot (ou abdomen)  arqué présentant des marques jaunes ou orangées, une puissante plaque dorsale en forme de quadrilatère, des suspensions renforcées (pattes fortes).

Mais ne vous fiez pas aux apparences, cet utilitaire est capable de s’arrêter en plein vol et de rester immobile au-dessus d’un point, sans qu’on puisse percevoir les battements de ses ailes.

Ce modèle a eu parfois mauvaise réputation et des surnoms peu flatteurs lui ont été donnés : éristale gluante, mouche pourceau. Cela vient simplement du mode de développement des larves. En effet, la chaîne de montage se situe dans des eaux très polluées, très chargées en matières organiques et très pauvres en oxygène : fosse à purin, fosse d’aisance, mares polluées.

Et pourtant ses constructeurs l’avaient doté d’un si beau nom :  Eristalis = pierre précieuse, et tenax = tenace, obstinée. Le joyau tenace, c’est un nom très adapté à sa polyvalence et à sa capacité à récolter du pollen sur tous les terrains…

Et pour finir la visite de la gamme des Syrphe, un des plus beaux modèles présenté cette année, le Syrphe Hélophile suspendu (Helophilus pendules)

IMG_0664B (Medium)

Il est reconnaissable à son capeau avant ( face dorsale thoracique) noir rayée longitudinalement de quatre bandes jaunes. Pour cette raison, il est sponsorisé par des clubs de supporters anglais qui l’appellent Footballer. Ses suspensions (pattes) sont orangées à extrémités noires.

Il est très actif d’avril à octobre, plutôt dans les milieux ouverts et humides (prairies humides, prés inondables, fonds de vallée, fossés).

C’est un modèle à double carburateur car il fonctionne au pollen et au nectar !

 

Mais je vois que parmi vous, il y a des amateurs de classiques et qui souhaitent se renseigner sur des véhicules déjà amortis, tout en regardant les derniers modèles avec les options au gout du jour…Nous avons bien sur cela au salon de l’Insectomobile…

Voyez par exemple, la gamme des bourdons. Tout le monde connait cette marque mais pas forcément tous les modèles…

Voici tout d’abord, le Bourdon terrestre, Bombus terrestris.

IMG_8865A (Medium)

C’est un véhicule assez ramassé, de 11 à 23 mm, caractérisé par son capot arrière (abdomen) à l’extrémité blanche (parfois teintée de roux) ce qui lui vaut le surnom de « cul blanc ». Le collier et le 2e segment abdominal sont orange ou jaune d’or.

On le trouve dans presque tous les milieux terrestres de plaine et moyenne montagne. Il est très apprécié car, à la différence d’autres marques comme les abeilles, il peut démarrer et se mettre au travail dès l’aube, au printemps à des températures inférieures à 15°C, par temps couvert, pluvieux et même venteux.C’est un vrai 4X4 !

A noter que son nom de série, le bourdon terrestre, vient du fait qu’il est souvent garé sous terre, dans un ancien terrier de mulot ou de petit rongeur.

 

Nous avons également le Bourdon des champs, Bombus pascuorum, qui est associé sur ce stand, avec un autre modèle de cette gamme, le  Bombus pascuorum floralis que nous vous présenterons en fin de visite.

Insectes (7) (Medium)

C’est un véhucule très fréquent et que l’on voit de déplacer fréquemment dans les prairies, champs, jardins et parcs, du début du printemps jusqu’à l’automne.

C’est un excellent fécondateur des fleurs, très utile au jardin et au verger. Il est doté d’un accessoire de série  très utile, une langue 10 à 15 mm,  une des plus longues parmi les bourdons.

il est souvent stationné au sol, dans un garage collectif pouvant abriter une centaine de véhicules. Son garage est.protégé par des feuilles et des brindilles mais peut se situer aussi parfois dans un endroit insolite, comme à l’intérieur d’un objet rembourré abandonné (vieux matelas !) .

 

Et pour finir notre visite, un modèle de la même gamme, le bourdon des champs à fleurs (Bombus pascuorum floralis).

21AoutSoir (59)A (Medium)

C’est un modèle SUV, qui est destiné aux possesseurs de propriétés en montagne, généralement au dessus de 2000 m, même s’il peut redescendre plus bas pour remplir ses réservoirs…

———————

Voilà, mesdames et messieurs, la visite du Hall I du salon de l’Insectomobile s’achève. J’espère que vous y aurez vu un modèle adapté à vos gouts.

Si ce n’est pas le cas, et que vous voulez en voir d’autres, n’hésitez pas à remplir le coupon-réponse qui est en bas et qui s’intitule « commentaires ».

Nous pourrons vous organiser une nouvelle visite d’un des autres hall de notre immense salon…

 IMG_7879 (Medium)

Liens et remerciements :

Toutes les photos ont été réalisées durant l’été 2014, à la Chenevarie, dans le Vercors, à 1 050 m d’altitude en moyenne.

Wikipedia pour une première approche de connaissance

Ecosociosystemes pour un survol des syrphes

Aramel.fr pour ses photos très détaillées sur l’anatomie des nsectes

6 thoughts on “Le salon de l’Insectomobile

  1. Moi qui avait l’intention de changer de voiture….Je ne sais plus ou donner de l’aile! Modèle à miel ou à pollen?
    Merci pour cet « autre regard »!

  2. Bravo, Florent, pour ce reportage humoristique et très instructif (pour moi, qui ne me connaissais pas tous ces voisins !…). Tes photos sont extraordinaires, et l’homogénéité du sujet (illustrations et commentaires) fait oublier le travail du créateur. Je suis très impressionné !

  3. Merci Flo pour ces magnifiques photos de pollinisateurs et tes commentaires précis, vivement le salon 2…

    Bisous à la famille

  4. Super collection d’insectomobiles ! J’adore le concept, mais qu’en est-il de ces véhicules à double paires d’ailes, assistés de 5 phares à l’avant que j’affectionne particulièrement pour leur capacité à produire une ressource inestimable : le miel? Il paraît qu’il existe une gamme très étendue…
    En bref ,j’adore ce genre de reportage et j’attends la suite !
    Bizzzzzz Martine

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :