Connaissez vous les Troffs ?

Non ? Et pourtant, je suis sûr que vous en avez déjà croisé des quantités…

En effet, le Troff est une espèce endémique qui vit et prospère surtout dans les forums et autres blogs, et plus précisément dans les commentaires de bas de page.

Comme son cousin le Troll, il ne produit rien par lui même mais se nourrit de la critique des autres. Heureusement, il a (parfois) une intention pédagogique, somme toute positive, de nous aider à améliorer notre écriture; c’est son coté professeur refoulé…

Le Troff est donc un croisement génétique de pollueur de forum et de gentil pédagogue refoulé.

Oh, bien sur, il n’est pas très malfaisant; au début, on le trouve même instructif et pertinent dans ses corrections. En effet, dans le principe, il n’a pas tort : bien écrire le français c’est le meilleur moyen de pouvoir communiquer avec tout le monde et d’éviter les replis communautaires ou les modes de langages qui excluent les autres.

Malheureusement, on déchante vite…

Tout d’abord, vous remarquerez qu’il n’expose jamais sa propre pensée...Il se contente de corriger la forme de celle des autres sous prétexte que les inexactitudes et fautes la rendent inintelligible…

Ensuite, il n’aime rien tant que de s’attaquer à des articles de journaux nationaux comme Le Monde ou le Figaro et mettre en évidence LA coquille à la ligne 4 de l’article…Et il développera toujours le même argument : « Ils devraient embaucher des correcteurs au Monde ou arrêter de faire rédiger par des stagiaires.. ».

Vous aurez bien sûr compris le sous-entendu, tellement il est évident : « Pourquoi ne m’ont-il pas embauché, moi, à la place de cet incapable qui ne sait même pas écrire convenablement notre noble langue ? ».

La réponse à sa question est pourtant évidente : pour écrire dans un journal national, il faut bien sûr maitriser la grammaire et l’orthographe mais il faut surtout avoir des idées et un peu de style…Et ça, ça ne s’append pas en lisant et relisant le Bescherelle…Ce serait trop simple…Être journaliste, c’est un vrai métier, n’en déplaise à tous ceux, qui tapant sur le clavier, se pensent déjà comme les nouveaux Sainte Beuve

Parfois, comme je l’ai lu la semaine dernière, il se permet même d’intervenir sur l’orthographe de l’article, alors que tout le monde discute du deuil de la famille d’un manifestant dans le Tarn…Car le Troff ne tient pas compte du contexte ou de l’émotion, ce sont des données secondaires pour lui tant qu’il arrive à placer sa pique et à montrer sa science…

Et surtout, il n’a pas conscience qu’il crée l’exclusion et diminue l’échange intergénérationnel en faisant fuir les plus jeunes et tout ceux qui ne maitrisent pas, comme lui, le français académique.

Et c’est là où il est quasiment aussi malfaisant que son cousin le troll ; en effet, on finit par ne retrouver que les mêmes types de personnes qui osent exprimer leur pensée en bas de page. Les autres ? Ils sont partis vers d’autres forums où on ne les culpabilise pas à chaque fois qu’il veulent réagir sur un évènement…

Car enfin, personne n’a envie de se sentir comme un gamin de 8 ans, face à son instit, qui lit à haute voix pour toute la classe, les fautes qu’on a commises…

Et enfin, pour nous consoler ou pour essayer de le calmer un peu quand on le croise trop souvent, on peut lui raconter l’histoire de son ancêtre le Troffus. Celui-ci sévissait dans les académies littéraires françaises jusqu’au XVIème siècle : à force de rejeter toutes les tentatives d’innovations linguistiques proposées au latin, un beau jour, il se réveillât avec une nouvelle langue officielle en place, le français, et son cher latin, n’était plus qu’une langue morte…

Au moment de clôturer ce petit billet d’humeur grisâtre, une inquiétude sournoise m’étreint…Et si j’avais fait des fotes d’aurtografes, de grand-mère ou de conjusgayzon dans mon article ?

Bref, vais-je me faire Troffer allégrement ?

Je préfèrerais mille fois que l’on prolonge ou que l’on contredise ma pensée, par quelque argument bien troussé ou bien étayé…

A vous la plume numérique…

 

 

This entry was posted in Blog.

One thought on “Connaissez vous les Troffs ?

  1. je suis d’accord et que tout les cornichons qui relise et qui se permet de corriger les fautes moi je dit que les trolls sont gentil et attention a celui qui dit du mal des trolls .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :