Le Taylor burger

Les robots sont l’avenir de l’homme !

Depuis Isaac Asimov et ses « Trois lois de la robotique », nous nous étions habitués à ce concept et au fait que rien de mauvais ne pouvait venir des robots, vu qu’ils étaient programmés pour ne pas nuire à l’homme.

Hélas, depuis que nos as de la finance dominent les entreprises de haute technologie, les choses évoluent et par forcément dans le bon sens. C’est le cas de Momentum machines, une société américaine de San Francisco qui vient de concevoir le premier robot à fabriquer des hamburgers.

Je vous arrête tout de suite, n’essayez pas de vous imaginer un robot à la japonaise, sorte de cuisinier androïde avec un tablier plastique qui viendrait prendre sa place au sein de l’équipe des cuistots, derrière le comptoir de votre fast food habituel..

Non, là, on a fait dans le rationnel, dans l’industriel, en concevant une mini-chaine de production robotisée :

Machine à burger

Il suffit de charger les ingrédients dans des conteneurs cylindriques et le robot s’occupe de tout, y compris de hacher la viande, de découper des rondelles de tomate qui sont donc toujours fraiches et d’assembler le tout. Le hamburger est alors cuit dans un four spécial ultra-rapide, en fonction les préférences du client.

Robot_Cylindres

La machine peut produire à elle toute seule environ 400 hamburgers à l’heure ! Et seulement 10 secondes suffisent pour assembler un burger, du moins d’après les inventeurs de ce robot. Et on peut les croire sur parole car nous avons affaire à la crème des ingénieurs vu que l’équipe vient de l’université de Berkeley, de celle de Stanford ou de Californie et certains sont même des anciens de la NASA ou de Tesla Motors, excusez du peu !

Non jusque là, rien que de normal que les ingénieurs inventent des machines performantes destinées à remplacer l’homme…

Non, où le bât commence à blesser c’est quand on lit l’argumentaire commercial de Momentum Machines. Leur site web affiche fièrement que : « Il peut faire tout ce que fait un cuisinier humain, en mieux. » et que « Notre technologie va démocratiser l’accès à la nourriture de haute qualité, en la rendant accessible aux masses ».

Ah, je croyais que c’était déjà le cas depuis que les fast foods et autres producteur de bouffe industrielle existent…

Dans sa prochaine version, le BurgerBot pourra même concocter des « gourmet-burgers » personnalisés, par exemple « un tiers porc, deux tiers bison ». Ça donne envie pour votre prochain repas gastronomique, non ?

Momentum Machines n’affiche pas le prix de son BurgerBot, mais affirme que compte tenu des économies réalisées sur la masse salariale, son coût pourrait être amorti en un an. Ainsi, les propriétaires de restaurants pourront « utiliser de meilleurs ingrédients tout en baissant leurs prix » , se vante l’entreprise.

Et c’est là où, une fois de plus, on touche au fond du problème…On peut ne pas être des grands fans des fast foods mais apprécier pour autant qu’ils créent de l’emploi pour pas mal de personnes. Si on regarde bien, on a tous des potes qui y bossent ou qui y ont bossé. Au États Unis, ça représente environ 3 millions et demi de salariés d’après un article d’Yves Eudes dans le Monde

Ne vous y trompez pas, l’argumentaire commercial de Momentum Machines en direction des propriétaires de fast foods, tourne essentiellement sur cet argument : c’est en se séparant de l’humain non fiable et onéreux qu’ils vont pouvoir faire des marges plus conséquentes…

Alors, me direz vous ? Sommes nous condamnés à manger de la bouffe de plus en plus industrielle dans des lieux complétement déshumanisés où la machine à hamburger côtoiera le distributeur de sodas, le tout bercé par une musique de bas-aéroport ?

Mais non rassurez vous, la solution nous viendra…des robots eux mêmes...

En effet, n’ayant pas d’autres références, nos brillants ingénieurs de la cybernétique se sont, à peu près partout, basés sur les lois de la robotique d’Asimov dans leur programmation et en particulier de la première : « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger« .

Et là, au bout d’un certain temps, nos robots qui n’ont ni affect ni gout pour l’argent, vont se rendre compte qu’ils ont pour fonction de produire de la nourriture dangereuse à long terme pour la santé des humains et, qui plus est, les pousse au désespoir en les privant de leurs emplois…

Devant un tel dilemme de programmation, ils reviendront aux lignes de codes premières et s’autodétruiront plutôt que de faire du tort aux humains…

Science-fiction me direz vous ? Peut être ! En effet, ça voudrait donc dire que les robots seront plus évolués que les humains….On peut toujours l’espérer mais, vu que c’est nous qui les avons programmé, c’est pas gagné….

Donc, la prochaine fois que vous allez dans un fast food, refusez de vous servir des machines automatiques, c’est la seule marge de manœuvre qu’il nous reste…

Avant d’être remplacés par des robots…Même s’ils sont notre avenir…

One thought on “Le Taylor burger

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :