Du château Yquem dans votre imprimante

Mettez du château Yquem dans votre imprimante !

Sans le savoir, nous utilisons tous quotidiennement des produits de luxe…Je ne parle pas des foies gras, caviars ou grands crus classés que vous avez peut-être eu la chance de déguster en fin d’année. Non, je pense à un produit plus banal mais bien plus cher : l’encre des cartouches de nos imprimantes…

En effet, selon le Guardian, ces encres sont devenues de véritables produits de luxe vu que, selon les marques, les prix varient entre 800 et 2 500 € le litre…Si l’on compare avec quelques grands vins comme le Château Yquem (220 € pour le cru 1998) ou le Château Margaux (400 € pour le cru 2007), ça donne le tournis et l’ivresse n’a rien à voir là dedans…

Bien sur me direz-vous, j’ai délibérément choisi les années les moins recherchées et les bouteilles ne font que 75cl. Certes, mais même ramené au litre, je n’ai pas encore vu de millésimes pour les encres… Et vu la vitesse à laquelle elles sèchent dans mon imprimante, je ne suis pas sur que le Château Epson 2007 soit une bien meilleure affaire…

Pire, les journalistes du Gardian se sont aperçus que si les cartouches faisaient toujours la même taille en apparence, leurs capacités de stockage avaient chuté depuis une dizaine d’années. Elles sont passées, par exemple chez Epson, de 16 ml à 3,5 ml par cartouche, ce qui fait tout de même 4,5 fois moins de contenu ! Et devinez ce qui n’a pas baissé…Et oui, c’est le prix !

Ça en est arrivé à un point que nombre d’acheteurs d’imprimantes jet d’encre préfèrent jeter leur imprimante et en racheter une neuve quand les cartouches sont finies…Sans parler des petits programmes informatiques que les fabricants mettent à l’intérieur et qui bloquent l’impression arrivé à un certain nombre de pages. Même si, à l’instar de Farhad Manjoo et ses bouts de scotch, on peut trouver des parades, ça finit par devenir franchement agaçant…

Évidemment, on peut toujours utiliser des cartouches génériques ou aller les faire remplir dans sa boutique de proximité.  Mais là encore, même si on n’est plus au tarif des Premiers Crus classés, c’est toujours équivalent au prix d’un très grand bordeaux, une fois qu’on a ramené la facture au litre…

Alors que faire ? Se passer d’imprimante personnelle ? Confier à un imprimeur nos tirages couleurs ?  Acheter en Chine les imprimantes expérimentales à jet d’eau ? Difficile vu l’addiction que nous avons développé envers ces petites bêtes de technologie…

Pour ma part, j’ai choisi : quitte à me ruiner, je remplacerai désormais mes cartouches d’encre par des grands vins rouges, blancs et rosés…Et même si ma palette de couleurs sera moins étendue, au moins je pourrai finir les fonds de bouteilles…

Même les Châteaux Yquem 1998…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :